«Pendant des siècles, la Médecine s’est préoccupée de soigner. Aujourd’hui elle s'est donnée comme but de prévenir plutôt que de guérir.»
Pr Jean Dausset, Prix Nobel de Médecine, 1980
La Fondation Jean Dausset - Centre d’Etude du Polymorphisme Humain participe aux efforts nationaux et internationaux de recherche pour mieux déterminer le rôle du polymorphisme génétique chez l’Homme, tout particulièrement dans les maladies complexes, pour mieux les comprendre, les diagnostiquer et participer au développement d’une médecine personnalisée.

COBLAnCE : Cohorte pour la recherche de biomarqueurs prédictifs du cancer de la vessie


Comité de coordination : Simone Benhamou, INSERM U946, Yves Allory, Hôpital Henri Mondor, Julia Bonastre, IGR, Thierry Lebret, Hôpital Foch, François Radvanyi, Institut Curie



Le cancer de la vessie représente la 6ème cause de cancer en Europe. En dépit de son incidence élevée, très peu d'études ont été réalisées sur ce cancer, notamment sur l'identification de cibles thérapeutiques et de biomarqueurs théranostiques, et sur l'évaluation coût/efficacité des traitements. Cette évaluation est particulièrement importante dans la mesure où le cancer de la vessie est un des cancers les plus couteux à traiter, accompagné de longues périodes de suivi, de taux élevés de récidives, d'interventions chirurgicales multiples et de surveillance invasive. Jusqu'à présent, aucun traitement ciblé efficace et aucun marqueur prédictif de récidive ou de progression de la maladie n'ont été identifiés. Le tabac et certaines expositions professionnelles aux amines aromatiques sont des facteurs de risque établis de cancer de la vessie ; cependant, leur rôle dans la survenue de la maladie dépend probablement de facteurs génétiques et/ou épigénétiques.

L'objectif de notre consortium, qui inclut des équipes de différentes spécialités (épidémiologie, économie de la santé, urologie, pathologie, et biologie moléculaire), est d'établir une cohorte prospective de 2000 patients atteints de cancer de la vessie. Ces patients sont recrutés dans 17 centres cliniques en France et sont suivis pendant 6 ans. Des données socioéconomiques, environnementales, cliniques et économiques sont collectées, ainsi que des échantillons de tissu tumoral, de sang et d'urine. Ce consortium élargi a été constitué à partir de celui responsable d'un projet Carte d'Identité des Tumeurs® de la Ligue Nationale Contre le Cancer, ayant généré d'importants résultats, notamment l'identification d'un marqueur de progression spécifique de certains sous-types de cancer de la vessie. Ces résultats permettent de considérer le cancer de la vessie comme plusieurs maladies distinctes et non comme une seule entité.

Cette cohorte permettra :

  • d'étudier les effets combinés et les interactions de multiples variants génétiques (ou voies biologiques) et facteurs environnementaux dans la tumorigenèse,
  • d'étudier les caractéristiques des récidives/progressions sur les échantillons tumoraux consécutifs,
  • de confirmer nos résultats antérieurs et ceux de la littérature sur un nombre important de tumeurs collectées prospectivement,
  • de transférer les résultats des études vers la clinique,
  • d'évaluer l'utilisation des ressources de santé dans la pratique courante et leur évolution,
  • de favoriser la recherche française et une participation active aux études internationales.

Ce projet permettra de constituer une base de données intégrée sur le cancer de la vessie, incluant des données épidémiologiques, cliniques, pathologiques et biologiques. Cette base, associée à des échantillons biologiques recueillis au diagnostic et durant le suivi, permettra de réaliser des études utilisant des plateformes de séquençage et de phénotypage biologiques (telles que celles utilisées précédemment dans le projet CIT).

Ce projet nous permettra de mieux comprendre les mécanismes de l'oncogenèse vésicale et devrait favoriser le développement de nouveaux traitements ciblés et de marqueurs diagnostiques et pronostiques. Tous les échantillons biologiques sont centralisés, traités et stockés dans des centres de ressources biologiques certifiés (CRB de la Fondation Jean Dausset-CEPH, CRB de l'Institut Curie, PRB de l'hôpital Henri Mondor), assurant ainsi des collections biologiques de qualité et le respect des directives éthiques. Les bases de données et les collections biologiques seront accessibles à la communauté scientifique et aux industriels. L'intégration de données cliniques, moléculaires et économiques permettra également d'améliorer la pratique médicale. L'association des différentes équipes au sein du consortium est un gage d'excellence scientifique, de complémentarité de d'interdisciplinarité.

Ce projet, sélectionné dans le cadre des Investissement d'Avenir axe Cohortes, a également bénéficié de l'aide de l'IReSP, dans le cadre du Plan Cancer 2009-2013, ainsi que celle de la Ligue contre le cancer.

Le Système de Management de la Qualité de l'étude COBLAnCE: collections biologiques et données associées
a été certifié ISO9001: 2015 le 5 mai 2017.


Soutenez
notre action !
15 euros 30 euros
60 euros 90 euros
Autre montant